Vos nouvelles observations nous permettent d’avoir une meilleure connaissance des plantes sauvages sur l’ensemble de la région PACA, merci à tous les contributeurs !

Plus de 4300 observations et 290 rues inventoriées nous permettent à présent d’avoir les premiers résultats au niveau régional.

329 espèces réparties dans 70 familles ont été observées.

Quelles sont les espèces les plus fréquentes en région PACA?.

Les espèces les plus fréquemment observées au niveau de la région PACA sont pour la plupart les mêmes que celles observées à Marseille : Laiteron délicat, Pariétaire de Judée, pissenlits,... Nous avons aussi remarqué que ces espèces fréquentes sont des espèces que l’on retrouve dans plus de 6 milieux, cette polyvalence expliquant en partie leur succès.

Quels sont les milieux les plus inventoriés en région PACA?.

Nous avons observé que la majorité des observations (42%) ont été faites dans les fissures de trottoir. Ce résultat confirme les résultats obtenus au niveau national (   cliquer ici ici ) et aussi ceux obtenus sur la ville de Marseille. Cela peut s’expliquer par le fait qu’en centre urbain, les fissures sont les milieux les plus représentés. Des relevés réalisés dans les zones périphériques des villes permettraient de répertorier plus précisément les autres milieux (zones herbeuses, chemin de terre, sous les haies,…) et les espèces qui y sont associées.

Bilan Ville de Marseille.

Bien qu’il y ait eu une augmentation des observations sur l’ensemble de la région PACA, les observations faites sur la ville de Marseille restent majoritaires. Sur les 4300 observations faites en région PACA, 2436 ont été réalisées sur la commune de Marseille. En 2015, sur la commune de Marseille, des observations ont été réalisées au niveau des interfaces. Les interfaces sont les zones de contact entre le milieu urbain et le milieu naturel (ou agricole parfois). Ces premières observations nous ont permis de confirmer les hypothèses des scientifiques quant à la diffusion des espèces provenant des milieux naturels dans le milieu urbain.

Nous avons ainsi observé :

- des espèces littorales telles que Crithmum maritimum L. , Hyoscyamus albus L. ou Sonchus asper subsp. glaucescens (Jord.) P.W.Ball dans les rues proches du littoral. - des espèces de garrigue Asparagus acutifolius L. , Pistacia lentiscus L. ou Quercus coccifera L. dans les rues proches des collines. - des espèces liées au milieu agricole comme Urospermum dalechampii (L.) Scop. ex F.W.Schmidt, Reseda phyteuma L., Melica ciliata L. dans les rues proches des champs et des friches post-culturales.

Ces premiers résultats exploratoires ont besoin d’être confirmés par de nouvelles observations. C’est pourquoi, nous vous encourageons à aller dans ces zones d’interfaces. Ces nouvelles observations nous permettront de mieux appréhender les capacités de dispersion de ces espèces plus spécifiques au sein du milieu urbain.

Télécharger le bilan complet ci-dessous.